Berceuse Sur Un Air De Mystère : Analyse et Test Blu-Ray/DVD

Réalisateur : Lav Diaz
Acteurs : Piolo Pascual, John Lloyd Cruz, Hazel Orencio, Alessandra De Rossi, Joel Saracho
Genre : Drame
Pays : Philippines
Durée : 485 minutes / 8 heures et 5 minutes
Prix Alfred Bauer au Festival De Berlin 2016

Synopsis :
Une fresque cinématographique sur la révolution philippine contre le régime colonial espagnol à la fin du 19ème siècle. Le film raconte le périple de plusieurs femmes dont l’une est à la recherche de son mari enlevé par les colons, mais également les discussions philosophiques entre un étudiant poète et un activiste radical qui prône l’insurrection par la violence. Ces âmes damnées errent dans une jungle d’une médusante beauté.

Lauréat du prix Alfred Bauer lors de la Berlinale 2016, prix spécial remis aux films qui ouvrent de nouvelles perspectives dans l’art cinématographique ou offrent une vision esthétique novatrice et singulière, Berceuse Sur Un Air De Mystère se présente sous la forme d’un film-monde, où l’Histoire des Philippines, lors de la révolution de 1896 contre l’empire colonial espagnol, prend forme, se dévoile devant nos yeux ignorant d’un pays, de son passé et de ses coutumes.
C’est effectivement du haut de ses 485 minutes filmées en noir et blanc au format académique, essentiellement constitué de plans fixes que le film philippin se démarque du cinéma « traditionnel » d’un point de vue formel. Un parti pris formel qui ouvre le cinéma à un travail autour de l’histoire et de ses personnages singulier et envoûtant dont Lav Diaz est l’un des rares cinéastes à avoir le secret.

Afin d’en faciliter l’appréciation, l’oeuvre de Lav Diaz a été divisée en trois parties, avoisinant chacune, en moyenne, les 2 heures et 45 minutes.

L’article autour des éditions Blu-Ray et DVD, proposées par Clavis Films s’organisera en deux parties :

I) La critique de Berceuse Sur Un AIr de mystère

II) Les caractéristiques techniques des éditions Blu-ray et dvd

I) La critique de Berceuse Sur Un AIr de mystère

Lav Diaz, au-delà de la forme et du geste

Bien que peu des œuvres du cinéaste philippin soient arrivées jusqu’à nos salles obscures, la proposition du cinéaste est pourtant fournie, avec pas moins de 24 films réalisés en 22 ans, et une carrière parsemée de récompenses prestigieuses, allant du Léopard D’Or décerné par le festival de Locarno pour From What is Before jusqu’au Lion D’or remis par le Festival De Venise pour La Femme qui est partie.

Cependant, le cinéma de Lav Diaz est quasiment inconnu du grand public ainsi que rarement cité au cœur de la cinéphilie mondiale. La raison de cette obscurité autour du réalisateur philippin, peut alors se trouver à la fois du côté des partis pris esthétiques du réalisateur, avec des plans fixes d’une certaine lenteur très souvent tournés en noir et blanc, mais surtout du fait d’une vision totalement libre du septième art, ne répondant pas aux schémas traditionnels avec des films avoisinant en moyenne la durée des 7 heures, parvenant même à dépasser le cap des 10 heures comme pour Evolution Of A Filippino Family.

Au-delà de ses apparats, et codes, pouvant sembler hermétiques, le cinéma de Lav Diaz est un univers qui fascine, hypnotise et révolte, à la seule condition de bien vouloir lui laisser sa chance. De par les configurations pour lesquelles il opte, le réalisateur philippin fait de chacune de ses propositions des films-mondes, où il questionne l’art, le peuple philippin et l’histoire des terres. Ce cinéma de la pensée s’incarne et se développe avec une maîtrise rarement observée.
En laissant le temps à ses personnages, de développer leurs relations les uns avec les autres, en ouvrant une multiplicité de points de vue, d’opinions, mais également en laissant respirer le plan, faisant de l’environnement un personnage fort du récit, Lav Diaz atteint une dimension qui dépasse de loin l’expression cinématographique traditionnelle. Ses expérimentations parviennent à extraire le spectateur de toute perception temporelle, attirant ce dernier au cœur de la narration, comme témoin d’un monde où l’espoir est rare, où la poésie reste la dernière lueur, celle des lendemains meilleurs.

Lav Diaz met en lien son univers cinématographique avec une pensée politique révoltée, sans parler de suicidaire pour un pays comme les Philippines. Au fur et à mesure des films, le cinéaste nous fait ouvrir les yeux, accompagnant notre regard au cœur d’un pays, au régime républicain mais à la saveur dictatoriale, qui d’un point de vue occidental est inédit, unique.
De Death In The Land Of Encantos, révélant une population abandonnée des pouvoirs publics après un typhon, jusqu’à la dystopie révolutionnaire Halte où le Dictateur en fonction se fait tuer sauvagement en pleine rue, sans oublier la réflexion autour de la liberté de pensée et le milieu carcéral de Norte, La Fin De L’Histoire, rien ne semble arrêter la caméra, ainsi que la liberté de philosopher de Lav Diaz.
Avec Berceuse Sur Un Air De Mystère, il s’attelle au passé colonial des Philippines, pour mieux définir le régime contemporain d’un pays qui bien qu’aujourd’hui indépendant et « républicain », continue à imposer un régime de terreur.

De la nation aux cent visages au peuple égaré

Les Philippines est un pays constitué de plus de 7000 îles. De par son étendue et sa fragmentation, de nombreuses ethnies aux cultures, dialectes et origines variés constituent la population philippine. On y trouve les les Tagalogs, les Visayas, les Ilocano, les Ilongo, les Bicol, les Waray-Waray ou encore les Métis.
Cette diversité pour la moins imposante, rend la possibilité d’unité nationale difficile et c’est dans ce contexte, de disparité, de conflits des populations locales, qu’en 1565 commence la colonisation des Philippines par l’Empire Espagnol, faisant fi des royaumes et communautés indépendantes, pour la création d’une unité politique. Un Empire qui apporte avec lui le christianisme, l’imprimerie et la culture espagnole. Cet Empire dominateur pousse alors à diviser le pays en deux engagements politiques pour les Philippins, ceux qui soutiennent le régime, d’une part, et les révolutionnaires, de l’autre.

Berceuse Sur Un Air De Mystère nous propulse en 1896, plus de trois siècles après l’instauration du régime colonial, lors de la révolution philippine. Lav Diaz prend le temps de placer le récit au coeur de l’histoire du pays, au beau milieu de Manille. La ville est configurée, architecturalement parlant, à la manière des villes espagnoles. En ouvrant l’œuvre au cœur de ces rues détachées de la culture locale, le film marque l’ampleur de la puissance de l’Empire Espagnol sur la population.
Les rues sont désertes, les philippins se rencontrent sous l’arche des ponts la nuit, et les poètes sont exécutés sur la place publique. Le peuple philippin est destiné à une vie de clandestins, cachés dans l’ombre, muets ou bien fusillés.
C’est en introduisant son film avec l’exécution de José Rizal, figure importante de la révolution philippine, que Lav Diaz configure la pensée du film. Bien qu’il s’agisse de l’exécution de Rizal, le cinéaste préfère nous montrer la foule, désespérée, déchirée devant la perte d’un de leur espoir. Ces derniers sont mis en joug par les soldats du régime. Les colons mettent alors à mort, les penseurs, la caméra, oeil du régime, prenant la place des fusils, menace les innocents.

L’atmosphère de Manille sous le regard de Lav Diaz est froide, lugubre, mortifère. Les érudits et indépendantistes survivent dans l’ombre, se cachent et ne se rencontrent que peu souvent. La parole se fait rare, la révolution difficile, seuls les poèmes de Rizal résonnent dans les cœurs de ces âmes égarées, comme des incantations à l’indépendance.
Lors de la première partie du film, nommée Le Jour Comme La Nuit, nous découvrons une galerie de personnages, et leurs relations avec le régime colonial entre radicaux violents, poètes retirés, esclaves sexuels ou encore proches de révolutionnaires disparus.

Toutes ces figures complémentaires, mais dont les chemins ne se croisent jamais pour développer un pôle intellectuel et révolutionnaire commun, au coeur de la cité-prison de Manille, vont alors par une succession d’événements tragiques, se retrouver à fuir au beau milieu d’une jungle intemporelle, aux abords de la capitale. La manière avec laquelle Lav Diaz conjugue ces parcours de vie, les articule et les fait cohabiter renvoie à une dimension cosmique, faisant alors chevaucher le réel et le fantastique. Nous sommes face à un alignement des pensées, des astres, pour libérer les Philippines, un alignement qui semble t-il aura mis 300 ans à arriver.

Jungle éternelle, gardienne de la mémoire des peuples

La jungle est un élément central dans le cinéma de Lav Diaz, et c’est avec Berceuse Sur Un Air De Mystère qu’il y offre le regard le plus obsédant. La jungle se transforme en dernier sanctuaire, pôle protecteur des peuples locaux, de la faune et de la flore tout comme des mythes ancestraux. Dès que nous pénétrons dans cet espace de verdure labyrinthique, nous retrouvons la véritable culture d’une population opprimée, dans les villes au béton oppresseur, et désormais libre sur ces terres sauvages gardienne des architectures, dialectes et croyances locales.

Le parcours des personnages se scinde en deux tracés :

  • Le parcours de Simoun, indépendantiste radical et Isagani, étudiant poète.
  • Le parcours de Gregoria De Jesus, cherchant le corps de son mari, Andres Bonifacio,figure importante de la révolution, et trois autre femmes l’accompagnant dans sa recherche éreintante.

L’histoire des deux jeunes hommes, est celle d’un combat des doctrines, des idéaux. Celle de la libération par la force, la ruse et la violence face à l’indépendance par les mots, la poésie et l’éducation du peuple. Cette impossible juxtaposition des idées, s’ouvre peu à peu durant leur avancée entre lianes et fougères. Simoun, blessé, ne peut alors user de sa supériorité physique et se doit d’utiliser les mots pour exprimer son opinion.
Le jeune indépendantiste à la révolte sanguine est brancardé par deux individus extérieurs à la révolution, rendant plutôt allégeance au plus offrant, à la maille. C’est ainsi dans cette position d’échanges verbaux que les êtres vont pouvoir se rencontrer, affranchis de toute violence physique dans leurs rapports.
En ouvrant son âme à la poésie, au domaine de l’invisible et des sentiments, son personnage révolutionnaire va alors se transcender, tout comme le personnage de Isagani qui face aux atrocités du régime, croisés dans la jungle, et fourberies des accompagnateurs, va développer sa colère, haine.
L’analyse est menée avec esprit, sans jamais sombrer dans la démonstration et c’est d’ailleurs la force du film, sa finesse d’écriture, où les silences parlent. Sans jamais aborder leurs changements profonds, la jungle appuie l’état mental des personnages et offre un spectacle extatique tout simplement fascinant au cœur de la psyché de ce duo charnière de l’œuvre, passant d’une approche dualiste à unitaire, l’un se fondant progressivement dans l’autre.

Le caractère fiévreux des lieux qu’ils traversent diffuse un sentiment médusé, brumeux où le monde semble disparaître pour faire place aux pensées hallucinées, aux colères cachées, et plus largement à la liberté. Cette forêt tropicale transcende, pénètre dans les moindres ports des individus, expiant les cœurs et les âmes.
Bien plus qu’une fuite, Simoun et Isagani opèrent un pèlerinage, à la recherche de l’âme d’un pays qui semble se réveiller d’un long sommeil. De ce cet éveil des terres, le cinéaste pointe l’importance de la nature dans la civilisation philippine, mais aussi celle des mythes, qui font et créent l’identité d’une nation.

Cet aspect, mythologique, quant à lui, va être analysé au court de la traversée de ces dédales humides, méandres intérieurs, du parcours des quatre jeunes femmes. Entre secrets conscients et vérités occultées, leur parcours à la recherche du mari de Gregoria comme dernier espoir pour la révolution prend la forme d’une boucle géographique au pays des Encantos.
Au plus profond de la forêt, éloigné de la glaçante Manille, les esprits de la jungle vivent, et se révèlent gardien de l’identité philippine. Ainsi les Encantos, esprits mythologiques pouvant prendre une forme humaine, vont guider et orienter le périple initiatique des jeunes femmes, non pas pour trouver le corps désiré mais bien plutôt pour révéler les vérités qui empêchent ces dernières de s’affranchirent des zones d’ombre qui les séparent, secrets parfois terribles qui au-delà de leurs révélations libéreront leurs âmes, leurs cœurs et par phénomène de répercussion leur peuple.

La jungle ne cesse de changer de formes, d’aspects, invoquant les Encantos mais aussi un Tikbalang pour guider le chemin spirituel de ce groupe de femmes, en qui réside l’avenir d’un pays. En cela, Berceuse Sur Un Air De Mystère rebondit dans ce récit du passé, pour resituer le rôle central et essentiel de la femme dans nos sociétés modernes, et tout particulièrement dans la direction des idéaux. Un portrait féminin à quatre têtes est peint par Lav Diaz, au coeur d’une nature mère redistribuant les cartes sociales, et nous guidant avec pertinence, délicatesse et fascination, sur le chemin vers lequel nos sociétés se doivent de tendre.

A la croisée des chemins, entre plume et sang, la naissance révoltée des Philippines

Au coeur de la jungle, entre idéaux, philosophies et croyances, les sentiers ne cessent de se multiplier et les chemins qui sillonnent la montagne se croisent, se mêlent et montre l’essence des Philippines, loin du modèle espagnol imposé.

Ces parcours entre personnages principaux et figures itinérantes ne cesse de questionner et remettre en cause le régime politique, la religion, l’importance des artistes, la nécessité de l’engagement révolutionnaire pour résister au totalitarisme. Le caractère intemporel de l’oeuvre d’art se mêle au caractère immuable de la forêt, résidence éternelle des résistances, mémoire des civilisations.
Malgré cette construction narrative complexe, qui lors de ses premières heures dévoile un peuple désorganisé face la domination de l’Empire Espagnol sans ses figures charismatiques José Rizal et Andres Bonifacio, le film parvient avec une mécanique subtile et sensible à montrer la force des penseurs, des invisibles, et des guerriers lorsqu’il est question d’indépendance. Lav Diaz analyse la capacité, mystique, des peuples à forger de nouveaux leaders pour les âmes égarées, à se battre sans discontinuer.

La forêt tropicale, reculée et indépendante de l’Empire Espagnol, est le plus beau et éblouissant personnage de la résistance et se révèle, au fur et à mesure de l’avancée du film, en tant qu’être universel.
Des maquis corses pour résister à l’oppression nazie jusqu’à la jungle infinie du Vietnam pour contrer les attaques américaines en passant par la connaissance des terrains désertiques dans l’organisation de l’indépendance des pays du Maghreb, l’histoire a su montrer le caractère fondamental de la nature dans la sauvegarde des locaux. Une nature qui prend les résistants sous son aile et parvient à croiser les destins d’inconnus pour libérer les terres.
Une vision que peu de cinéastes jusqu’ici avaient réussi à mettre à l’œuvre, et l’on pense face à l’organisation de la résistance en milieu naturel au miraculé et miraculeux Soy Cuba de Mikhaïl Kalatozov.

C’est ainsi entre plume et sang que le film donne sa vision du combat pour la liberté, pour l’indépendance, quelque part entre les poèmes-hymnes de José Rizal, la croyance aveugle de Isagani en la puissance des mots, la place essentielle des femmes dans l’équilibre étatique et l’acte de sang qu’appelle la révolte, que se situe le film-monde de Lav Diaz.

Une Histoire des Temps

Berceuse Sur Un Air De Mystère est une proposition sans pareille, un film qui regarde droit dans les yeux un peuple et sa volonté d’indépendance. La mise en scène statique et hypnotique de Lav Diaz, laisse comme rarement le spectateur plonger dans un pays, à travers une multitude de regards et d’opinions pour en extirper une image complexe, fourmillante où les heures défilent sans jamais être ressenties, où du fauteuil, nous prenons part à la révolte du portrait en miroir que le cinéaste pose entre passé et présent, d’un pays en perpétuelle persécution par ses dirigeants.
Un geste artistique audacieux, fou où Lav Diaz, prend une nouvelle fois part à la révolution, celle pour libérer son pays par l’histoire et les arts.

II) Les caractéristiques techniques des éditions Blu-ray et dvd

Clavis Films, éditeur français reconnu pour son travail autour du patrimoine cinématographique européen, et plus particulièrement hongrois et polonais, ayant permis de (re)découvrir des cinéastes tels que Béla Tarr, Miklos Jancso, Istvan Szabo, Krzysztof Zanussi ou encore Marta Meszaros, dépasse pour la première fois les frontières de l’Europe et nous propulse directement aux Philippines avec Berceuse Sur Un Air De Mystère réalisé par Lav Diaz.

Au sein du paysage éditorial international, la France est le pays le mieux loti en ce qui concerne les oeuvres de Lav Diaz. Cependant, sur pas moins de 24 films, seulement 3 ont connu une sortie DVD ou Blu-Ray, et cela est déjà considérable. C’est donc avec un plaisir tout particulier que nous avons pu découvrir cette édition à travers les deux formats proposés.

L’édition est proposée dans un digipack classieux à trois volets renfermant chacune des trois parties du film.

Image :

Avant de traiter l’image même de l’édition Blu-Ray ou DVD, il est important de rappeler que les films de Lav Diaz, sont des films à budget réduit et que le matériel d’origine, numérique, ne pourra en aucun être comparable avec une restauration pellicule ou encore les standards numériques que nous connaissons.

Cependant, n’ayez aucune crainte car la version que propose Clavis Films pour son édition Blu-Ray est particulièrement soignée, offrant des contrastes bien définis et un niveau de détails surprenant, particulièrement dans la jungle avec des images relativement chargées, à la lisibilité tout à fait appréciable. On remarquera, de temps à autre, une saturation dans les noirs et les scènes très lumineuses, qui de la copie d’origine.

Concernant l’édition DVD, elle est assez semblable à celle du Blu-Ray à l’exception de saturations parfois plus prononcées lors des scènes de jour. Un détail infime qui n’est ni handicapant, ni majeur par rapport à l’édition Blu-Ray.

Image Blu-Ray :

Note : 7 sur 10.

Image DVD :

Note : 6 sur 10.

Son :

Clavis Films propose la piste VO 2.0 d’origine.
Que cela soit sur Blu-Ray ou DVD, aucune différence notable à marquer entre les deux supports. Les effets ambiants tout comme les voix sont bien mixés, ne saturent à aucun moment que cela soit dans les graves tout comme les aigus, et malgré une spatialisation uniquement stereo, nous sommes plusieurs fois surpris par les bruits de la jungle qui semblent nous encercler et nous plonger dans le récit du film.

Quelques erreurs se sont glissées dans les sous-titrages.

Clavis Films permet à son édition une carrière internationale en ajoutant des sous-titres anglais et hongrois. Un geste admirable tant les éditions des films de Lav Diaz se font rares.

Note Son Blu-Ray et DVD :

Note : 6.5 sur 10.

Suppléments :

De manière très surprenante, l’édition Blu-Ray se trouve être dénuée de tout bonus là où l’édition DVD dispose d’un très court entretien avec Lav Diaz (2 minutes 38 secondes).

Entretien avec Lav Diaz : De manière très rapide Lav Diaz se prête au jeu du question-réponse, et revient sur son cinéma et les valeurs qu’il souhaite véhiculer à travers son art. Il revient sur les mécanismes de son cinéma.
Un supplément éclair pour un cinéaste aux œuvres fresques complexes.

Nous aurions pu attendre de la part de l’éditeur la présence de la conférence de presse du film à Berlin sous-titré en français, ou encore des entretiens autour de l’histoire des Philippines, du folklore et du cinéma de Lav Diaz.

Note Suppléments Blu-Ray :

Note : 0 sur 10.

Note Suppléments DVD :

Note : 2 sur 10.

Clavis Films nous offre avec l’édition de Berceuse Sur Un Air De Mystère la possibilité d’accéder à une nouvelle oeuvre de Lav Diaz dans de très bonnes conditions et pour cela nous ne pouvons que les en remercier, en espérant découvrir d’autres titres du cinéaste philippin à l’avenir, avec de plus, des suppléments pour prolonger l’expérience des films.

Les éditions Blu-Ray et DVD de Berceuse Sur Un Air De Mystère sont disponibles aux adresses suivantes :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s