La Mort A Souri A L’Assassin : Critique et Test Blu-Ray

Réalisateur : Joe D’Amato
Acteurs : Ewa Aulin, Klaus Kinski, Angela Bo, Sergio Doria
Genre : Giallo surnaturel
Durée : 84 minutes
Pays : Italie
Date de sortie (salles) : 1973
Date de sortie (Blu-Ray) : Juillet 2022

Synopsis : 1909, en Europe – Greta von Holstein, qui entretient une liaison incestueuse avec Franz, son frère bossu, perd la mémoire à la suite d’un accident de calèche survenu devant la demeure des von Ravensbrück. Appelé au chevet de la malade, le Dr Sturges semble surtout s’intéresser à l’étrange médaillon inca qu’elle porte autour du cou et qui pourrait l’aider dans ses recherches sur la résurrection. Restée auprès de Walter et Eva von Ravensbrück qui se sont entichés d’elle, la belle Greta semble en proie à une ombre. La maisonnée est bientôt la cible d’une vague de crimes particulièrement violents…

En cet été 2022, Le Chat Qui Fume, éditeur français, vient faire une surprise que de nombreux amateurs de cinéma italien d’exploitation attendaient. L’éditeur signe l’arrivée de deux nouveaux films réalisés par Joe D’Amato, réalisateur surproductif, ayant connu de nombreux pseudonymes, ayant réalisé plus d’une centaine de films, et dont nous ne connaissons finalement qu’une petite dizaine d’entre eux.

Après avoir pu (re)découvrir Emmanuelle Et Les Derniers Cannibales, chez Artus Films, Les Gladiateurs Du Futur, chez Pulse Video, ou encore Emmanuelle et Françoise chez Le Chat Qui Fume, nous avons la joie d’accueillir en Haute Définition sur le territoire hexagonal : La Mort A Souri A L’Assassin, premier film d’horreur du cinéaste, et La Nuit Érotique Des Morts-Vivants.

Cet article sera dédié à La Mort A Souri A L’Assassin et s’articulera en deux parties :

I) La Critique de La Mort A Souri A L’Assassin

II) Les caractéristiques techniques de l’édition Blu-Ray

I) La critique de La Mort A Souri A L’Assassin

Joe D’Amato, Pour L’Amour du Bis

Joe D’Amato, de son vrai nom Aristide Massaccesi, est un cinéaste qui a traversé l’industrie du cinéma italien des années 70 jusqu’aux années 90 dans toutes ses latéralités, dans toute sa diversité. Bien que son nom d’usage Joe D’Amato soit connu par les amateurs de cinéma d’exploitation, le réalisateur est connu sous une dizaine d’autres noms, faisant de sa filmographie un complexe puzzle à reconstituer.
Avec plus d’une centaine de films à son actif, couvrant un grand nombre de genres, D’Amato s’est fait une réputation de créateur radical, s’enfonçant sans modération dans les univers créés avec ou sans budget, parfois même en constatant le propre naufrage de ses conceptions, ne s’arrêtant jamais,un cinéaste déterminé, si ce n’est même tête brûlé.

Du western spaghetti au giallo en passant par les films de cannibales et autres réalisations pornographiques, le cinéaste a relevé tous les défis du cinéma d’exploitation, restant dans nos mémoires pour des œuvres sans concessions qui auront su déchirer nos rétines qu’il s’agisse de Blue Holocaust, Anthropophagous, Caligula ou encore Emmanuelle Et Françoise.

C’est seulement depuis quelques années, que le cinéma de D’Amato est ausculté, observé et analysé comme une proposition visionnaire de cinéma. Des documentaires lui ont été dédiés, dont le très recommandable Inferno Rosso, mais également un travail d’exhumation est en oeuvre pour redécouvrir ses oeuvres.

La Mort Caresse Le Jaune

La Mort A Souri A L’Assassin joue sur plusieurs tableaux faisant une synthèse du cinéma d’exploitation de la fin des années 70. Le film se structure à la manière d’un giallo et invite le surnaturel jusqu’à ouvrir les portes du cinéma gothique. Joe D’Amato s’amuse avec les codes proposant un récit parfois quelque peu confus, dans le cœur de film, mais où le il réussit tel un magicien à recadrer les nombreuses pistes abordées pour clarifier un propos troublant, parfois légèrement bancal, mais fascinant.
Le parcours de Greta Von Holstein, jeune femme accidentée et recueillie par une famille le temps de sa convalescence, va nous guider dans des déambulations mortifères et assassines.
Dans la demeure de ces étranges châtelains succombant tous au charme étrange de la belle, les mystères se croisent, entre quête d’immortalité à la recherche d’une antique formule inca, et drame familial. Le film de Joe D’Amato est un tortueux, malicieux et maladif labyrinthe.

L’Oeil Du Labyrithe

Dans cette histoire toute en méandres, la réussite se joue en grande partie autour des acteurs qui captent notre rétine, tout comme notre attention, les corps et les regards viennent à dépasser l’intrigue, à la forme nébuleuse, réussissant à ne pas perdre les spectateurs.
De Klaus Kinski, en savant fou, glaçant le sang, à Ewa Aulin qui parvient à nous jouer des pièges grâce à une interprétation bien sentie d’un personnage aux nombreuses facettes, le film de D’Amato est très régulièrement maintenu par une partie du casting qui semble, par moments, possédée, laissant sur le côté d’autres piètres acteurs.
Une atmosphère se dégage de toutes ces interprétations, nonchalantes, brusques, sensuelles et espiègles, venant nous mettre dans une position instable où les certitudes que nous pouvons avoir se font malmener par un curieux montage, brouillant les temporalités, jouant avec notre envie de deviner pour mieux nous jeter dans le caniveau et nous révéler des cheminements toujours surprenants, parfois ahurissants mais d’une conception hypnotique.

Frissonns D’Horreur

De son côté, Joe D’Amato se révèle être un très bon réalisateur, nous prenant à revers lorsque l’on pense à certaines oeuvres du cinéaste qui touchent à l’ultra-bis.
Le cadre est soigné, plein de suggestions, et possède même une dimension picturale fascinante. Les plans et cadrages sont d’une force narrative considérable, parvenant à dépasser le récit, et souligner le jeu des acteurs, apportant une stabilité, ainsi qu’une nervosité à la proposition du réalisateur.
Nous retrouvons tout ce qui fait la réputation du cinéaste allant de l’ultra-violence à une sexualité centrale dans l’intrigue en présence.
Nous venons rapidement à oublier certains grossiers défauts pour nous laisser guider dans cetétrange divertissement, porté par l’excellente composition de Berto Pisano, qui nous marquera et nous invitera à appuyer notre regard autour de la carrière foisonnante de Joe D’Amato.

La Mort Marche En Talons Hauts

La Mort A Souri A L’Assassin, bien qu’après avoir disparu des écrans durant près de quatre décennies, se révèle être l’une des grandes oeuvres de Joe D’Amato aux côtés de Blue Holocaust, Anthropophagus, Emmanuelle Et Françoise ou encore Caligula.
Le réalisateur conduit un giallo surprenant, aux élan surnaturels et au montage troublants, rappelant parfois La Dame Rouge Tua Sept Fois et Le Parfum De La Dame En Noir, n’hésitant pas à plonger dans une violence graphique féroce et s’amusant à nous conduire dans ce dédale où les multiples récits, qui paraissent s’opposer, viennent à se réunir dans une curieuse combinaison.

II) Les caractéristiques de l’édition Blu-Ray

Image :

La restauration proposée par Le Chat Qui Fume est de très bonne facture proposant un travail autour du piqué offrant un grand nombre détails, conservant le rendu pellicule, le tout conjugué avec un travail précis de colorimétrie donnant des tons assez fins et ne tirant pas vers des teintes criardes pour appuyer les contrastes.
Reste quelques plans où les bordures sont emplis d’une luminosité assez marquée, faisant certains cadres très légèrement flous et appuyant fortement le grain dans ces quelques séquences, certainement dû au matériel utilisé pour la restauration.

Note image :

Note : 7 sur 10.

Son :

Une unique piste est proposée pour découvrir le film : Italien en DTS-HD MA 2.0.

La piste italienne est stable et propose un très bon équilibre entre voix et partitions de Berto Pisano. L’amplitude certes restreinte de par son origine réussit cependant à nous porter d’une bien belle manière parvenant à faire naître l’atmosphère inquiétante voulue par le compositeur.

Note son :

Note : 7 sur 10.

Suppléments :

Deux suppléments et une bande annonce sont proposés :

  • Le talentueux Mr D’Amato avec l’assistant réalisateur Gianlorenzo Battaglia (19 min) :

L’assistant Gianlorenzo Battaglia qui a suivi D’Amato sur une grande partie de sa filmographie excepté pour les films pornographiques, également collaborateur de Mario Bava, revient sur sa rencontre avec le réalisateur et ouvre un regard tendre sur la filmographie du cinéaste italien.
Un entretien qui éclaire sur le cinéaste mais qui s’amuse également à aller gratter du côté des acteurs du film, révélant quelques anecdotes sympathiques.

  • Ewa a souri à l’assassin avec l’actrice Ewa Aulin (10 min) :

L’actrice principale du film revient sur la place du film dans sa carrière et articule son propos autour du travail sur le plateau avec Joe D’Amato et l’effrayant Klaus Kinski.
Quelques anecdotes et pensées amusantes sont à la clé de ce supplément, dont le souvenir du tournage de la scène où Kinski doit planter une aiguille dans l’oeil de l’actrice, le cut ayant lieu seulement quelques millimètre avant le globe oculaire. Juteux.

  • Bande-Annonce

Note Suppléments :

Note : 7 sur 10.

Avis Général :

Le Chat qui Fume nous régale d’une bien belle édition pour cette oeuvre rare de Joe D’Amato et inédite en support physique sur le territoire hexagonal. Il propose une édition aux caractéristiques plus que confortables et enrichit sa sortie de suppléments inédits pertinents, nous faisant voyager dans l’oeuvre en présence mais également autour de son créateur et des acteurs.
Nous découvrons une oeuvre étrange, certes brinquebalante par instants, mais charmante, parfois même obsédante, dans sa mise en scène, faisant se croiser les genres, manipulant les atmosphères, et finalement nous assiégeant de twists tous plus farfelus et succulents les uns que les autres.

Note Générale :

Note : 7 sur 10.

Pour découvrir La Mort A Souri A L’Assassin en Blu-Ray :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s